lundi 12 avril 2010

l'ancienne Afrique

Il était une fois les royaumes d'Afrique


La Nubie


Une relecture de l'histoire africaine à travers quatre grands royaumes anciens. Voyage dans l'actuel Soudan, non loin de sa frontière avec l'Égypte. Le royaume de Nubie a laissé plus de pyramides encore que la terre des pharaons. Une civilisation non moins riche a pu s'y épanouir, avec l'émergence d'une véritable puissance indépendante...


video

L'Ethiopie


Le territoire éthiopien est un formidable résumé de l'histoire humaine : les premières traces de vie y remontent à 4 millions d'années. Du Ier au VIe siècle après J.-C., le royaume d'Aksoum est l'un des plus puissants du continent. Les vestiges de sa capitale ont été inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, tout comme les églises troglodytes de Lalibela. Car ce berceau du christianisme africain a donné lieu à l'émergence d'un syncrétisme passionnant.



video


Les dynasties de l'Ouest

Une relecture de l'histoire africaine à travers quatre grands royaumes anciens. Dernier volet, du Mali au Nigeria. À Ounjougou, au Mali, des archéologues ont découvert des débris de poterie vieux de 11 400 ans. Non loin de là, la célèbre falaise de Bandiagara a abrité à partir du XIe siècle les constructions des Tellem, puis celles des Dogons dès le XIVe. Les richesses de la culture dogon se découvrent aussi à Djenné (photo), la plus ancienne ville d'Afrique noire. Quant au royaume de Bénin - aujourd'hui au Nigeria, tandis que l'actuel Bénin correspond à l'ancien Dahomey -, il a vu s'épanouir une civilisation florissante six siècles durant. Symbole de la splendeur passée, l'oba, qui remplit la fonction de roi, réside encore à Benin City.


video

Le Zimbabwe

Le plus puissant des royaumes du Zimbabwe fut celui du souverain bantou Monomopata, fondé au XIIe siècle. Sa richesse provenait de l'or exploité dans les hauts plateaux. Sa mosquée en corail était au XIVe siècle l'édifice le plus grand d'Afrique. L'arrivée des colons portugais mit progressivement fin à l'essor du royaume. Aujourd'hui, Grand Zimbabwe, vestige d'une cité qui abritait 20 000 habitants, reste le site le plus impressionnant du pays




video


Belles & rebelles,


Le documentaire animalier est un genre à part entière dans les programmes télévisés. Chaque jour, des centaines d’heures montrant la nature sauvage sont proposées sur les antennes des chaînes câblées (Animaux, National Geographic Channel, Ushuaïa TV, Planète...) et sur France 5. À compter du 24 avril, la chaîne publique innovera en la matière, en démarrant sa nouvelle collection, intitulée Belles & rebelles. Écrite par Éric Gonzalez et Marie Pilhan, la série animalière va proposer une vision inédite de la nature, sous l’angle des femelles. Belle & rebelles a été imaginée avec la collaboration de Marie-Claude Bomsel, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle. Selon la présentation des auteurs, « le ton est léger, pétillant, et le point de vue est volontairement féminin ». « C’est au travers des chroniques de la vie quotidienne de six personnages principaux et de leurs aventures particulières que Belles & rebelles nous fait pénétrer l’univers de la nature sauvage, cette nature africaine où les femelles savent aussi imposer leur loi ». Les six personnages sont : Victoria, la guéparde, Laura, la lionne, Josiane, la femelle babouin, Cathy, l’hippopotame, Esther, l’éléphante et Marie-ange, la girafe. Le programme sera proposé chaque samedi à 17 heures. Trois numéros de 52 minutes ont été produits à ce jour par One Planet. Le rendez-vous sera rediffusé sur la grille de la chaîne publique. À noter que la voix de Belles & rebelles est celle de Julie Depardieu. Le premier épisode est intitulé « De l’art d’être



video


Belles et rebelles -


De l'art d'être mère




video


Histoire de l'Afrique du Sud

À la veille de l'ouverture de la Coupe du monde de football, le 11 juin, une histoire de la jeune nation "arc-en-ciel" depuis l'arrivée des premiers colons jusqu'à la fin de l'apartheid.

Première partie (1652-1795)

Le Portugais Barthélemy Diaz a été le premier Européen à atteindre le cap de Bonne-Espérance en 1488. Mais en 1652, c'est pour la Compagnie des Indes néerlandaises qu'un certain Jan Van Riebeeck vient y aménager une escale pour les navires en route vers l'Extrême-Orient. Dans un premier temps, on échange pacifiquement avec les autochtones des produits de Hollande contre du bétail. Mais un nombre croissant de colons affluent, qui s'approprient les meilleures terres et importent des esclaves pour leurs besoins en main- d'oeuvre. La révolte gronde au sein des populations locales...
video

Deuxième partie (1795-1913)

Les Boers ("paysans") néerlandais combattent la mainmise des Britanniques. Après deux guerres, le territoire du Cap est officiellement annexé au Royaume-Uni en 1814. Les conflits entre les deux communautés restent latents. Les Anglais parlent de liberté et d'abolition de l'esclavage, tout en affermissant leur prééminence politique et économique. Leurs missionnaires cherchent à évangéliser la population, mais contribuent aussi à former une élite africaine. Les Néerlandais, eux, se replient sur leurs terres de l'intérieur. Vers 1880, avec la découverte des diamants et de l'or, déferlent des aventuriers de tout poil. Les guerres entre Boers et Britanniques succèdent à celles contre les Zoulous. Battus, les Boers sont internés dans de véritables camps de concentration. Les deux puissances coloniales signent le traité de paix de Pretoria en 1902. En 1910, est créée l'Union sud-africaine. En 1913, le gouvernement Botha fait voter une première loi foncière qui jette de facto les bases d'une politique de ségrégation.

video

Troisième partie (1913-2010)

Britanniques et Boers se sont partagé les pouvoirs et les richesses de la nouvelle Union sud-africaine. Les grands perdants sont les peuples noirs. Mais la résistance commence à s'organiser. Le Congrès national des natifs sud-africains (SANNC) devient en 1923 l'ANC (Congrès national africain). Organisé comme un parti politique à l'anglaise, il s'inspire des théories de la non-violence prônées par Gandhi, qui vient de passer plusieurs années dans le pays. Nombre de Boers se sont déclarés en faveur du IIIe Reich, mais le gouvernement s'engage aux côtés des Alliés. En 1948, le Parti national remporte les élections à une faible majorité et instaure le régime d'apartheid, qui organise la séparation stricte des communautés et la suprématie des Blancs. Progressivement, alors que l'ANC opte pour la lutte armée, l'Afrique du Sud est mise au ban de la communauté internationale. Jusqu'à ce 10 mai 1994 où Nelson Mandela est élu président d'une nouvelle nation "arc-en-ciel"...
video